Aller au contenu principal

Publié le 10/08/2021

Les Rendez-vous de l'Erdre - Jazz et Belle plaisance

Du lundi 23 août au dimanche 29 août 2021
#

Ça va jazzer !

Comme chaque année depuis 1987, date de sa création, le Festival de Jazz et de Belle plaisance, plus connu sous le nom des Rendez-vous de l’Erdre, revient cet été du lundi 23 au dimanche 29 août ! 

Ce festival permet à la fois au grand public de découvrir de multiples artistes jazz aux styles différents (jazz contemporain, blues, swing, electro-jazz etc) et les bateaux du patrimoine nantais tel que le petit bateau Moh nantais qui sera mis à l’honneur cette année. Pendant une semaine, les artistes vont se produire en concert dans les douves du Château des ducs de Bretagne ou dans d’autres espaces du centre-ville. 

Cet événement complètement gratuit est une manière de faire connaître et de démocratiser le style musical jazz. Accessible à tous et à toutes, “l’esprit du festival reste le même : ouvert, simple, et accueillant !” (Source : Les Rendez-vous de l’Erdre). 

Retrouvez ici la programmation par jour et ici la programmation par lieu

- Pauline

Crédits photos : Appelle-moi Papa
Partager e-mail Enregistrer dans mon agenda
Publié le 29/07/2021

The Royal Sixties

Le 30 septembre 2021 à 20h30
#

Et si vous pouviez voir en direct les plus grands groupes des années 1960 ?

Le groupe de reprises pop-rock Rewind propose un spectacle dédié à 4 groupes emblématiques des années 1960 : les Who, les Kinks,  les Rolling Stones et les Beatles.

Rewind, c'est un groupe de reprises spécialisé dans le répertoire pop-rock des 60 dernières années. Rewind signifie d'ailleurs littéralement "rembobiner". Les 4 musiciens professionnels du groupe on accepté en 2020 un nouveau projet sous l'impulsion de la ville d'Orvault : reprendre pour un concert spécial les plus grands tubes des 4 groupes majeurs des années 1960 : les Rolling Stones, les Beatles, les Kinks et les Who.

Un défi ambitieux pour ce quatuor fan des beatles, qui s'entoure ici de plusieurs musicien.ne.s et d'images projetées de la vie d'un certain Léonard, un jeune londonnien passionné de musique dans les années 60... Un véritable ciné-concert.

- Maëla et Amélie

Crédits photos : Anthony Bazin
Partager e-mail Enregistrer dans mon agenda
Publié le 28/07/2021

Michel is not Dead [Saison Déconfinée]

Le dimanche 1er août 2021 à 17h
#

Un spectacle musico-circassien qui tourne en rond, on adore !

Dans le cadre de La Saison Déconfinée, le festival d'arts de rue impulsé par Interstices, préparez-vous pour un spectacle d'acrobaties musicales haut en couleurs...

Qui n’a jamais rêvé d’un spectacle qui mélange acrobaties sur vélo et chansons de personnalités disparues ? La Cie Bikes and Rabbits l’a fait pour nous. Et je dois dire que c’est vraiment un mélange qui me réjouit au plus haut point.

Résumons : deux acrobates cyclistes tentent d’accorder coups de pédales et accords guitare-voix pour nous offrir un spectacle impressionnant, drôle et musical. Que demander de plus ? Rien, je signe tout de suite !

D'une durée de 35 min, rendez-vous au Carré Gris du Breil à 17h.

- Maya

Crédits photos : Youtube teaser
Partager e-mail Enregistrer dans mon agenda
Publié le 27/07/2021

Rencontre avec Pumpkin

#

Le KN RAP-porte est une série d'articles dédiée aux rappeurs et rappeuses nantais.e.s que le Kiosque Nantais souhaite mettre en lumière. Le rap étant désormais le courant musical le plus écouté en France (source : Franceinfo Culture), il nous a semblé naturel de consacrer l'un de nos #FOCUS à la scène rap nantaise. Dans ce cadre, nous avons fait la connaissance de Pumpkin, rappeuse installée à Nantes depuis 6 ans que le Kiosque Nantais vous avait déjà recommandé auparavant. Elle s’est livrée sur son parcours...

De MC Solaar à la création d'un label

Kiosque Nantais : "Bonjour Pumpkin, est-ce que tu peux te présenter ?"

Pumpkin : “Cécile, 40 ans, rappeuse à Nantes depuis 6 ans originaire de Brest en passant par Barcelone pendant 6 ans et Paris pendant 7 ans. J’ai découvert le rap grâce à Mc Solaar en 1990, c’est mon premier souvenir marquant. De là, je me suis intéressée au fil des années au hip-hop. En 1996 avec une copine on a monté un groupe, et j’ai jamais arrêté ! J’ai toujours fait du rap par passion, par passion des mots. J’ai senti très rapidement que c’était quelque chose qui me faisait du bien et qui me convenait bien. Je n'ai jamais envisagé d’en faire un métier, j’ai toujours fait ça à côté ; et puis en 2012 je me suis retrouvée au chômage à une période de sortie de projet et je me suis dis que ça pouvait être cool de profiter de ce concours de circonstances pour bosser sur mon projet à fond au moins temporairement, pour une fois dans ma vie avoir cette chance de pouvoir ne faire que ça et il se trouve que je n’ai jamais eu à revenir sur un autre boulot. Ça m'a pris du temps pour développer le projet et pouvoir être intermittente du spectacle.”

KN : "Tu travailles beaucoup avec Vin’S da Cuero aussi, tu peux m’en dire plus ?"

P : “Vin’S da Cuero c’est mon mec, c’est la personne avec qui on a monté notre label en 2011 Mentalow Music, c’est un label associatif qu’on a lancé pour sortir nos propres projets, il nous fallait une structure, on a sorti une dizaine de références. D’ailleurs c’est les 10 ans cette année."

“J’ai l’impression aussi que pour se faire accepter du grand public, il faut édulcorer son rap.”

KN : "Oxmo Puccino a dit “le rap is the new chanson française”, qu’en penses-tu ?"

P : “Alors ça ne m’étonnes pas. J’aime pas trop cette idée, mais c’est très personnel. Justement je kiffe le Oxmo des premiers albums, des années 90, mais je suis moins touchée par ses projets plus "chanson française". Après, chacun fait ce qu’il veut et une chose est sûre, c’est que c’est dans la lignée de la tradition française. Simplement moi ça ne me parle pas et ça ne me plaît pas parce que j’ai l’impression aussi que pour se faire accepter du grand public, il faut édulcorer son rap. J’ai croisé plein de pros sur mon parcours qui ont essayé de me faire faire des choses plus chanson française et c’est une direction que j’ai jamais voulu prendre parce que ça ne me plait pas du tout. Pour moi le rap c’est le rap et puis voilà. Après, maintenant, les genres se mélangent, c'est l'essence même du rap, les styles sont de plus en plus hybrides parce que les nouvelles générations ont grandi de manière tout à fait décomplexée, elles mélangent des choses de manière instinctive et je trouve ça chanmé."

Des notes qui dénotent

“On ne se rend pas compte mais tous les jours les gens sortent des punchlines.”

KN : "Est-ce que tu peux me parler de ton processus créatif ? Comment tu viens à écrire tes textes ? Si t’as besoin d’une prod avant ou après ?"

P : “Depuis plusieurs années, je prends des notes tous les jours, je note des idées. Une des grandes sources d’inspirations c’est évidemment tout ce que les gens disent autour de moi. On ne se rend pas compte mais tous les jours les gens sortent des punchlines. Des idées, des bribes, des rampes j’ai envie de dire, inconsciemment on me tend des perches, enfin c’est ma manière de les interpréter parce que c’est ma sensibilité artistique. J’éponge toutes ces informations là et je m’en sers pour les transformer. Je prends des notes tout le temps, mais pas directement sous forme de textes aboutis, tu vois ? Déjà parce qu’en réalité j’ai plusieurs casquettes et mon activité professionnelle de toute façon ne me permettrait pas de ne faire que du rap, c’est-à-dire que pour faire du rap, j’ai dû en indé, apprendre à gérer d’autres choses, par exemple beaucoup de travail administratif et beaucoup de choses qui sont moins excitantes et sexy que la partie artistique. Mais sans ça, je pourrais pas vivre, donc je ne pourrais pas faire de rap, donc j’essaye de trouver un équilibre entre tout ça. Ce qui fait que quand je suis en période d’écriture à proprement dit -ce sont des cycles, en fait- je reviens à toutes les notes que j’ai, tout simplement. Et en général, j’y reviens en écoutant les prods que Vin’S me file parce qu’on fait des projets à deux depuis plusieurs années, on prend beaucoup de plaisir à travailler ensemble et on est dans une forme de recherche commune mais je collabore aussi ponctuellement avec d’autres beatmakers ou d’autres musiciens. Ce que je fais en général c’est que j’écoute les prods et je reviens aux notes, c’est la partie du travail la plus instinctive, et j’essaye de m'imprégner des moods, de les mettre en regard avec les textes. Et à partir du moment où je sens que je tiens quelque chose qui me parle ou qui m’intéresse, à ce moment-là je développe. Avec cette technique, sur le dernier album que j'ai fait -Abysses Repetita- je n’ai quasiment pas galéré à écrire, ce qui est très bizarre pour moi.

KN : "Tu avais une deadline pour l’écrire ?"

P : “Non pas du tout, on se pose des fausses deadlines mais ce sont des deadlines qui cadrent, pas des deadlines qui nous emprisonnent. Parce qu’on a besoin d’un cadre, ça pose des choses et ça permet quand même d’avoir des contraintes qui parfois peuvent t’aider. Tu sais, c’est comme quand tu te mettais à faire une rédac’ à l'école la veille de rendre ton truc, comme il y avait la pression, t'étais plus efficace, tu vois ? Moi j’aime bien avoir un cadre, avoir des deadlines etc. Maintenant, je n’aime pas me sentir emprisonnée donc il faut trouver le juste milieu, et puis les deadlines elles sont faites aussi pour être repoussées et l'avantage de travailler en indépendance, c'est qu'on fait ce qu’on veut en fait. On sait qu’il y a des périodes qui sont plus propices à la sortie de projet, il y a des choses intelligentes et moins intelligentes à faire, mais on ne va jamais mettre en péril la qualité d’un projet sous prétexte qu’il y a une deadline, ça n’a aucun sens. C’est toujours l’artistique avant tout. Et donc j’écris, j’écris et je me suis rendue compte vraiment pour la première fois que sur ce dernier projet j’ai pas souffert à trouver des textes, j’étais pas en galère d’inspi, j’avais toutes les idées qu’il fallait. Là, j’ai la sensation que ça va être la même chose pour le prochain album. Je sais pas quand je vais me mettre à écrire mais je sais que j’ai quasiment toutes les thématiques qui sont là.”

Une soif de rencontres et de projets

“LA.CLUB c’est un club de rap, comme on ferait un club de pétanque.”

KN : "Tu as monté le collectif L.A CLUB et le Summer Camp vient de se terminer, tu peux m’en dire plus ?"

P : “Alors c’est pas L.A CLUB comme Los Angeles, c’est "la point club" (LA.CLUB). J’avais pas anticipé que tout le monde allait le dire comme toi. Pour que tout le monde comprenne, ce n’est pas un collectif c’est un club de rap pour rappeuses. Pour moi il y a une grosse nuance parce que dans un collectif on se réunit par affinité artistique et là, c’est ouvert à tout le monde, le but c’était de créer un endroit, une sorte de safeplace où on peut se sentir à l’aise, venir faire des rencontres, parler de son expérience en tant que femmes dans ce milieu-là, partager des tips, et bosser ses skills. Donc c’est vraiment un club de rap, comme on ferait un club de pétanque. Le Summer Camp, c’est la première édition et c’est un projet porté par Trempolino, auquel LA.CLUB contribue. L’expérience LA.CLUB m’a permis d’apporter une sorte d’expertise, si tu veux, qui a permis de monter ce projet Summer Camp de manière hyper carrée. C’est-à-dire qu'on est parties de besoins qu’on a identifiés, pour développer un camp, là où souvent les structures développent des camps où c’est au public de se plier à la proposition pédagogique, nous on fait l’inverse. Je pense que c’est ce qui fait toute la différence. LA.CLUB va reprendre au mois de septembre, et ça va devenir un rendez-vous mensuel. Jusqu’à présent ça a touché une quinzaine de meufs, après il y en a qui ont arrêté de venir, il y en a qui viennent de temps en temps, il y en a qui ont déménagé, mais là avec le Summer Camp ça va ouvrir à des nouvelles filles et ça promet d’être une année LA.CLUB riche et ça c’est très cool.”

KN : "Et c’est ouvert à toutes les artistes, qu’elles soient amatrices ou déjà lancées ?"

P : “Alors le Summer Camp était ouvert aux artistes amatrices du département 44. On a eu pour 12 places, 23 inscriptions. Pour une première édition c’est vachement bien.”

KN : "Est-ce que tu as des projets pour l’avenir que ce soit dans ta vie artistique ou dans ton militantisme avec notamment les Clean Walk ?"

P : “Oh la la, m’en parle pas ça fait beaucoup de choses ! Bien sûr, des projets j’en ai plein. Parmi les projets personnels il y aura sans doute à venir un quatrième album Pumpkin & Vin’S da Cuero, on va prendre notre temps je ne sais pas pour quand ça sera. Je travaille aussi en collaboration avec un musicien de jazz qui s’appelle François Poitou, avec qui on fait un album commun et des concerts. Je fais aussi des lives avec un autre musicien de jazz qui s’appelle Médéric Collignon qui a joué sur mon dernier album et qui m’invite de temps en temps sur scène avec ses musiciens. C'est génial, ça me permet d’être dans un projet scénique qui est complètement l'opposé de ce que je fais avec Vin’S da Cuero, donc c’est hyper plaisant et enrichissant. Il y a aussi les Clean Walk, jusqu’à présent c’était tous les dimanches, on va continuer à le faire autant que faire se peut. Avec la reprise des concerts, ça va être un peu plus compliqué pour moi parce que le dimanche matin, je suis souvent dans un hôtel ou dans un train quelque part. Mais ce qui est cool, c’est qu’il y a d’autres personnes maintenant qui peuvent les organiser en notre abscence. Ce dimanche (18 juillet) c’est la dernière de la saison, et fin août ça sera le premier anniversaire de Clean Walk Naoned.

Ce qui est drôle avec ce projet que j’ai lancé toute seule, c’est que j’ai commencé à faire ça pendant le premier confinement, à ramasser les déchets, et au déconfinement en me promenant sur les bords de loire je voyais que c’était dégueulasse parce que tous les cafés et restaurants étaient fermés, les gens faisaient des pique-niques, les poubelles débordaient, c’était l’enfer… Et donc, j’ai commencé à faire des partages sur les réseaux pour trouver des partenaires, c'est comme ça que ça a commencé. Ca s’est développé assez rapidement et au-delà du fait de nettoyer son environnement, c’est un endroit où plein de gens viennent s’aérer la tête et rencontrer du monde, parce qu’il y a pleins de néo-nantais qui sont venus. Et voilà c’est super ce projet, même si on vit sur un bateau qui coule et qu'on essaye de le sauver à la petite cuillère ! En vrai, je préfère faire ça que de râler à la maison. Et humainement c’est génial, j’ai rencontré plein de gens que j’aurais jamais rencontrés autrement, et ça me fait aussi sortir de la musique. Si tu ne fais pas gaffe, tu finis par vivre entre-soi."

KN : "Est-ce que tu aurais un spectacle à recommander ?"

P : "Je recommande le Festival Hip Opsession qui aura lieu cette année du 1er au 9 octobre 2021 à Nantes. Vous pourrez à cette occasion assister à une soirée de présentation du Summer Camp à Trempo le vendredi 1er octobre avec table ronde, DJ set, freestyle, etc."

KN : "Quelque chose à rajouter ? Un message à faire passer ?"

P : “Gardez la pêche, faites attention à ne pas vous recroqueviller sur vous-mêmes, restez positif.ve.s, et faites l’effort chaque jour de créer des moments qui vous donnent le smile voilà, ça tombe pas du ciel, parfois ça demande un petit effort mais c’est important pour tenir bon.”

Merci Pumpkin !

Interview réalisée par Maëla le mardi 13 juillet, au Café de la Branche.

 

Pour suivre la série d'articles sur Le KN RAP-porte, cliquez ici !

Crédits photos : Frank Lelegue
Publié le 23/07/2021

The WE ARE ONE Project

Le jeudi 26 août 2021 à 18h
#

Un DJ Set pour profiter du coucher du soleil !

Vous aimez écouter de la musique électronique tout en sirotant un verre en ayant vue sur la Loire ? Alors le DJ Set de The WE ARE ONE Project organisé par la Guinguette du Belvédère le jeudi 26 août ne pourra que vous plaire ! 

The WE ARE ONE Project est né de la rencontre entre deux musiciens nantais : WAN (percussionniste) et PETERSØN (producteur & DJ). Ensemble, ils ont un style musical bien défini entre l’électropical, l’ethno house et la downtechno. Pendant quatre heures de 18h à 22h, vous pourrez profiter du coucher du soleil tout en écoutant de la musique “où les percussions flirtent avec des basses technoïdes imposantes et jouissives” (Source : La Ginguette du Bélvédère). 

- Pauline 

Crédits photos : La Ginguette du Belvédère
Partager e-mail Enregistrer dans mon agenda
Publié le 22/07/2021

Kevin et William

Du 17 au 21 août 2021 à 20h30
#

Plateau d'humour : Kévin Robin et William Pillet en duo !

Vous rentrez de vacances ou vous êtes restés à Nantes cet été ? Heureusement, la Compagnie du Café Théâtre est là pour vous divertir ! Au programme, du 17 au 21 août à 20h30 : deux humoristes en plateau qui ne sont autres que William Pillet et Kévin Robin. 

Kévin Robin, lancé pour la première fois sur scène en 2014, va vous raconter ses rêves, ses histoires d’amour et… Ses expériences alcoolisées ! Il vous contera aussi bien ses aventures que ses mésaventures. C’est « le genre d’humoriste qui vous fera dire “Mais oui ! Mais c’est trop vrai !”  » (Source : Cie du Café Théâtre). 

Vous retrouverez également William Pillet sur scène avec un humour très british caractérisé par sa noirceur et son absurdité. Il s’oppose aux cases dans lesquelles la société veut nous faire rentrer et démontre qu’être “normal” n’existe pas… C’est « le genre d’humoriste qui vous fera dire “Mais ?! C'est pas vrai ?!” » (Source : Cie du Café Théâtre). 

Ne tardez plus et réservez vos places pour découvrir ces deux humoristes qui sauront vous faire rire chacun à leur façon !

- Pauline

Crédits photos : Compagnie du Café Théâtre
Partager e-mail Enregistrer dans mon agenda
Publié le 21/07/2021

Cécile Lacharme + Jack In My Head

Le jeudi 29 juillet 2021 de 19h à minuit
#

Deux artistes qui vous surprendront par leurs compositions originales

Envie d’assister à un concert de musique classique revisité ? Trempolino, association dédiée à la pratique, à la création et à la formation d’artistes émergents, invite Cécile Lacharme et Jack In My Head à se produire sur leur terrasse panoramique le jeudi 29 juillet de 19h à minuit. 

Cécile Lacharme est une violoncelliste qui s’inspire des paysages asiatiques et orientaux pour ses compositions. Avec son pedalboard (appareil électronique contrôlable au pied permettant d’amplifier un son émis par un instrument de musique), Cécile Lacharme oscille entre sonorités classiques et modernes. Au cours de cette soirée, vous pourrez également découvrir Jack In My Head, un violoncelliste qui fait usage de sonorités électroniques pour donner une toute nouvelle dimension à ses compositions. 

Laissez vous charmer par ces deux artistes qui vous feront entrer dans leur univers à la fois classique et contemporain. 

- Pauline

Crédits photos : Timothé Costa
Partager e-mail Enregistrer dans mon agenda
Publié le 20/07/2021

La Méthode [La Nuit du Théâtre]

Le dimanche 26 septembre à 5h du matin
#

Une pièce à l'humour décalé sur l'essor du coaching personnel !

N’avons-nous pas tous déjà rêvé d’avoir un coach de développement personnel pour devenir la meilleure version de nous-même ? Dans cette pièce, le conférencier Alexandre Lemercier se présente en tant que coach personnel pour rater sa vie (oui oui, vous avez bien lu).

Comme dans une véritable salle de conférence, un diaporama sur lequel on peut lire des schémas logiques (plutôt absurdes dans ce cas là) est projeté sur un écran. Alexandre Lemercier explique comment faire de sa vie un échec et vante ses prouesses en faisant intervenir sur scène un de ses clients qui apparaît extrêmement mal dans sa peau. Il lui fait réciter une série d'affirmations dévalorisantes qu'il doit se répéter chaque jour dans le but de perdre confiance en lui. L’absurdité de ce passage est à se tordre de rire !

Cette pièce drôle et décalée critique certaines méthodes employées par les coachs de développement personnel qui incitent à suivre des règles précises pour “devenir soi”. Elle se moque également des coachs eux-mêmes qui, parfois sans expertise, commercialisent leurs conseils à des prix exorbitants.

- Pauline

Partager e-mail Enregistrer dans mon agenda
Publié le 20/07/2021

Monsieur & Madame : Hors Cadre [La Nuit du Théâtre]

Dans la nuit du dimanche 26 septembre 2021 à 00h30
#

Duo poétique, coloré et rythmé qui chante les petites et les grandes choses de la vie

Attention,  on vous prévient : chaque chanson va vous rester en tête et vous risquez fort de les fredonner dans le tram. Mélanie Launay et Joël Vaillant composent, écrivent et chantent les rimes du quotidien ou les petites histoires sur des airs toujours gais et pétillants.

On n'hésite pas à se laisser emmener par les paroles décalées pour chanter en choeur.

-Maya

Crédits photos : droits réservés/monsieur & madame
Partager e-mail Enregistrer dans mon agenda
Publié le 20/07/2021

La Famille Bijoux [La nuit du Théâtre]

Dans la nuit du dimanche 26 septembre 2021 à 00h15
#

Assistez à des funérailles joyeuses et décalées !

« La Famille Bijoux » : drôle de nom pour un service funéraire ! A l'image de cette pièce imagée par Marie Rechner (comédienne, improvisatrice et metteuse en scène) qui nous invite à participer à des funérailles peu communes...

"Avec vous jusqu'au bout !" telle est la devise de cette famille loufoque composée de trois frères et sœurs : Monica, Victor et Max. Ayant hérité de l’activité familiale en marche depuis 1992, ils essaient tant bien que mal de répondre aux dernières volontés des victimes.

Marie Jo, éternelle fan de chansons, est décédée à l’âge de 72 ans suite à un accident de pétanque. Elle va mettre le trio à toutes épreuves puisqu’elle a laissé une lettre (très) précise concernant le déroulé de l’enterrement idéal qu’elle souhaiterait... et vous allez y assister !

- Eugénie

COUP DE COEUR KIOSQUEUSE !
"Les acteurs collent totalement à leur rôle, ils nous font rire avec leur dialogue autant qu'avec leur gestuelle. Un thème qui semble compliqué à mettre en scène avec humour, mais qui est ici une vraie réussite ! Ils réalisent une cérémonie loufoque, chantent, nous font participer, rire et offrent à Marie-Jo les obsèques qu'elle avait imaginé. Un très bon moment passé en compagnie de la famille Bijoux."
- Emeline

"Séduite par ce spectacle aussi loufoque par son humour très décalé, que touchant ! Dès en entrant dans la salle, les comédiens nous accueillent telle une vraie cérémonie de funérailles. Nous devenons subtilement acteurs de la pièce ! Trois personnages très différents mais tous hilarants à leur manière."
- Eugénie

"J'ai beaucoup aimé La famille Bijoux. L'accueil en salle par les comédiens nous met dans l'ambiance très rapidement. Ils sont très investis dans leur rôle et c'est génial. J'ai apprécié que nous, spectateurs, soyons acteurs dès le début de la pièce. En tant que proches de Marie-Jo et à sa demande, nous avons activement participé à son enterrement à travers des requêtes plus loufoques les unes que les autres."
- Sophie

MKN La Famille Bijoux : Ecoutez les retours des spectateur.trices de la représentation du samedi 11 janvier 2020 !

Crédits photos : Le Théâtre 100 Noms
Partager e-mail Enregistrer dans mon agenda