Publié le 25/01/2019

The Sea Within

Le vendredi 25 janvier 2019
#Retour sur

Le jeudi 24 janvier 2019, nos kiosqueuses Maya et Ifa sont allées au Grand T découvrir le spectacle de danse "The Sea Within" de Lisbeth Gruwez, dans le cadre du Festival Trajectoires.

UN SPECTACLE ESTHETIQUE AVEC DES DANSEUSES FABULEUSES //

Le spectacle m’a plu dans sa globalité, surtout par son esthétique et pour certaines chorégraphies. On commence avec les 10 danseuses éparpillées sur scène, qui entrent dans le cadre de lumière petit à petit, avec des gestes doux, contrôlés, sur cette belle moquette couleur pêche. On dirait qu’elles découvrent leurs corps. Sont-elles les premières femmes sur terre ? Elles inspirent les origines de la vie, la naissance du monde. Chacune est unique : par ses mouvements, sa cadence, sa morphologie. Cela donne un joli arc-en-ciel coloré, grâce à leurs habits. Seulement, ce moment de découverte, dans la lenteur, m’a paru trop long. J’attendais avec impatience le moment d’explosion.
Au fur et à mesure, elles se rapprochent entre elles, se frôlent, pour ensuite devenir un tout, très sensuel. Comme la mer, elles sont parfois dans la douceur, le calme, avec le vent au loin qu’on entend. Parfois, dans un orage musical, elles deviennent violentes et deviennent libres de leurs mouvements, en tentant la limite des possibilités de leurs corps. J’ai beaucoup aimé ces moments-là, c’était très fort, la musique correspondait parfaitement; la lumière aussi, presque éblouissante. Les danseuses étaient comme possédées, tiraient la langue, hurlaient, sautaient. 
Ensuite, quand le calme revenait, on entendait leur souffle fort, des murmures et leurs halètements, qui s'intégraient dans la composition musicale. J’ai, tout d’abord, compris l’évolution de l’histoire : elles se découvrent, s’unissent petit à petit, ne se quittent plus pour former un ensemble. Puis finalement, des moments de calme, de dispersion reviennent, avec des mouvements très lents. On regrette alors les moments électriques. Mais finalement, ces instants lents étaient peut-être indispensables, pour nous faire comprendre les différentes étapes de leur évolution. Malgré l’unisson, elles tendent à la dispersion, mais elles reviennent toujours au collectif, souvent par l’autorité, la concentration d’une des femmes. Pour le final, chacune se libère du groupe. Elles sont arrivées à maturité, maîtrisent leurs corps et peuvent s’envoler. En conclusion, un spectacle esthétique avec des danseuses fabuleuses, des moments forts en émotions, malgré une attente frustrante au début du spectacle. 
- Ifa

 

UNE EXPLORATION DE LA FEMME TOUT EN COULEURS ET EXPRESSIVITÉ //

Peut-être que l'on pourrait expliquer ce spectacle par une métaphore. Une métaphore de la mer pour comprendre ce qu'est être femme, toutes les facettes que composent cet être humain. The Sea Within ça doit être l'image de la femme, ses composantes, ses couleurs, ses formes. 10 danseuses se cherchent, se touchent, se désarticulent et offrent des compositions de danse d'une souplesse, vigueur et grâce magiques. Difficile de plonger dans la vague au début : un peu trop lent, un peu trop abstrait... Mais dès que l'on s'est approché d'un côté plus animal, plus rapide et rythmé de la chorégraphie avec une musique éléctro hyper synchronisée, c'est là que j'ai compris cette vague, cette mêlée, et que les mouvements m'ont "parlé". Je ne saurais pas dire s'il y a une histoire derrière ces danses, peut-être plus des idées : qu'elle est autant forte en groupe que lorsqu'elle est seule, qu'elle est douce et calme autant que sauvage et provocante. Individualité et pluralité : je dirais que c'est ça l'histoire de cette chorégraphie contemporaine, fluide et envoûtante. C'est une marée féminine qui se disperse, se chevauche et explose sous nos yeux pendant une heure. Tout est bien pensé, tout est calculé mais tout paraît en même temps très naturel et organique. Les plus petits silences, les simples bruits de respirations qui contrastent avec les phases plus tribales forment finalement les facettes de cette mer. Et on en reste abasourdi.
Et en sortant je me dis que c'est simplement beau d'être une femme.
- Maya 

Et vous, avez-vous assisté au spectacle The Sea Within ? Si oui, qu'en avez-vous pensé ?
Partagez vos avis sur contact@lekiosquenantais.fr

Crédits photos : Danny Willems